CHAPITRE I

Sinaj, gestionnaire de flux

L’action se déroule en 2035, durant le "Trochozoïque". Le Trochozoïque est cette période de 100 ans, de 2022 à 2122, durant laquelle l’homme tente par tous les moyens de contrôler le changement climatique. L’histoire ne dit pas s'il y arrive. 

J’ai une mauvaise et bonne nouvelle.. La mauvaise est que le thermomètre global, indiquant la température moyenne de la planète a franchi un nouveau record : 18.1 degré Celsius. Il y a 35 ans, en 2000, on disait que 17 degrés était la température à partir de laquelle des effets d’entrainements incontrôlables se déclencheraient. La bonne nouvelle : le compteur de la population mondiale a arrêté d’augmenter, à 9 milliards 800 millions.. Apparemment il devrait rester stable pendant 75 ans avant de commencer à décroître. Les deux compteurs sont l’un à côté de l’autre, dans le hall des Nations Unies. 

Je m’appelle Sinaj. Je travaille au sein de l'organisation "Egalité Climat", dont la mission est de lutter contre les discrimination liées au changement climatique. Nous sommes nés du rapport IPCC de 2020 qui a conclu que nous ne pourrions éviter un réchauffement de 6 degrés avant que la température ne commence à redescendre, vers 2120. Entretemps une guerre de 100 ans à mener contre le climat. Le changement climatique est progressivement devenu une ligne de fracture incontournable de la société mondiale. Il a remplacé quasiment toutes les autres grilles de lecture : le Nord-Sud, le droite-gauche, etc. En l’espace d’une génération, on a divisé le monde entre les perdants du changement climatique (les « exposés ») et les gagnants (les "protégés") .   

  

Première conséquence de cette guerre contre le changement climatique : notre mobilité. En fait cette période où les humains ont eu le droit et la capacité d’aller où ils voulaient quand ils le voulaient n’a existé que durant une période extrêmement limité. A mon avis cela ne figurera même pas dans les livres d’histoire futurs. Aujourd’hui, la règle est assez simple : pas plus d'un voyage international tous les 18 mois . En 2023, j’ai d’ailleurs voté oui lors du référendum sur l’échange de valeurs entre mobilité et hyper-connectivité. Le choix était difficile, mais nécessaire. 

J’ai des collègues dans d’autres pays, mais nous avons très peu de chance de pouvoir jamais nous rencontrer, physiquement s’entend, du fait de la réduction drastique des déplacements. J’ai rencontré une de mes collègues une fois cependant, par hasard, je vous raconterais plus tard. Je vais vous faire visiter mon bureau. Vous voyez cet écran, le plus grand au centre, c’est notre salle de réunion. N’importe laquelle d’entre nous peut contacter les autres pour une réunion impromptue. Nous avons des réunions régulières et chaque année, nous réalisons une retraite hyper-connectée dans un endroit de notre choix. L’an dernier nous sommes allées dans le parc des Virunga. Notre guide était super, il avait l’art de nous faire croire que nous étions vraiment à côté de lui. Quand il nous a dit que nous étions trop près du mâle dominant, je me suis surprise à reculer ma chaise de bureau. 

Que fait Égalité Climat ? Nous intervenons dans la chaîne des réfugiés climatiques à plusieurs niveaux : dans leurs pays d’origine pour les aider à les quitter, durant le trajet vers les pays d’accueil, dans les centres d’arrivée et dans la phase d’insertion. Nous nous occupons d’environ 100.000 réfugiés climatiques par an, la plupart d’entre eux viennent ici au Canada, un pays classé parmi les "protégés". La population du Canada sera de 500 millions en 2100, alors qu'elle était de 30 millions quand je suis né en 2000. .   

Notre programme fonctionne essentiellement avec des financements d’entreprises qui sont intéressés à la relocalisation. On parle de relocalisation holistique, c’est-à-dire qu’on relocalise l’usine avec ses travailleurs dans une zone climato-gagnante. Je vous l’accorde, c’est assez bullshit comme concept et nous nous opposons aux excès qu’il peut facilement entraîner. Notamment en termes de ghettoisation.  

Sur notre site, nous avons une rubrique «Échange Climat ». Ce truc-là tourne plus ou moins tout seul, avec environ 30.000 visites par jour. Des "protégés" échangent avec "perdants" climatiques : des équipements, de la nourriture, de l’argent, etc. (vous rencontrerez bientôt Léon, l'un de ces généreux "protégés"). Nous avons aussi une forme de parrainage, de famille à famille. 

Comment expliquer notre succès chez Egalité-Climat? Nous sommes nés durant les grandes manifestations de 2025-2026 qui ont  mis dans les rues de la planète plus de 100 millions de personnes, et qui ont permis la pétition unifiée de 2026 signé par près de 1 milliard de citoyens. C’est l’ouragan Julia de 2024 qui avait mis le feu aux poudres, avec plus de 500.000 morts dans les Caraïbes, le Mexique, la Floride, l’Amérique Centrale. Notre naissance correspondaient à une attente forte un peu partout dans le monde. Et puis, nous sommes présents sur "Globalink", un outil de financement que vous découvrirez bientôt...

Ah oui, ma collègue rencontrée physiquement ! Je vais vous raconter. Je vous ai parlé de quasi-interdiction des déplacements tout à l’heure. Chaque trois ans nous sommes cependant obligés d’aller physiquement en vacances, dans un des 2000 sites patrimoine de l’humanité. Cette décision a été prise, avec d’autres mesures, pour éviter que l’économie mondiale ne s’effondre complètement. En 2027, j’ai choisi Paris et je suis tombé par le plus grand des hasards sur Juppa, ma collègue de Egalité Climat en Inde. C’était fantastique et troublant, même si nous communiquons sans problème en ligne, il y avait quelque chose d’irréel et de magique à être en face de quelqu’un avec qui on travaille...

Dans le chapitre suivant vous rencontrerez Léon, enseignant, intermittent du travail, membre d’une coop de créativité et potentiellement intéressé à s’engager avec Solidarité Climat.

La manifestation des 100 millions

EGALITE-

CLIMAT.org